2020 L’année décisive et capitale pour l’avenir de l’Humain

La naissance d’un nouveau monde

2020 L’ANNÉE DÉCISIVE ET CAPITALE POUR L’AVENIR DE L’HUMAIN

La Voie de l’Amour versus la voie de la peur, ou le choix entre la Voie de la réalité naturelle de la Vie et la voie de l’illusion mentale produite par la matrice artificielle

 

Comme certains le disent avec humour :

« Avec l’arrivée de l’année 2020 on pouvait s’attendre à ce que ça finisse en quarantaine… »

(20+20)

***

 

Fin d’un grand cycle d’involution et ouverture à l’évolution

Cette période de l’avènement tangible et physique du Nouveau Paradigme tant annoncé depuis des années, des décennies voire des siècles, et cette crise sanitaire mondiale que nous traversons, ouvrent à toutes les spéculations, hypothèses, jugements, arguments et justifications afin de tenter de « comprendre » ce que l’humanité est en train de vivre.

C’est un réflexe « encore normal », alimenté par le mental en quête d’éclaircissements.

Car le mental pense toujours qu’en cherchant à résoudre les énigmes du Grand Mystère de la Création il pourra prendre le contrôle du monde, et ainsi raffermir la pseudo-sécurité qu’il a lui-même construite, qui est basée sur la gestion et la maîtrise illusoire des circonstances extérieures, en ne considérant que ses vues étriquées.

Mais se maintenir dans une telle démarche n’est plus ni normal ni souhaitable, ni résolutoire en quoi que ce soit.

Cette quête de pouvoir motivée par le mental est une chimère, car le seul pouvoir ou contrôle que l’on puisse réellement obtenir est celui qu’on exerce sur soi-même.

*

Il est temps de faire le bon choix, Ici et Maintenant

Dans ces temps décisifs de transmutation globale touchant toutes les créatures, l’Homme doit-il chercher à en comprendre les causes et raisons ; ou bien retrouver un sens instinctif d’adaptation qu’il a perdu depuis si longtemps ? (à l’inverse de la faune sauvage et des peuples autochtones ayant réussi à se préserver tant bien que mal des impacts nocifs de notre civilisation thermo-industrielle)

L’Homme, par ses choix de vie, est le seul « parasite » sur la planète. Car il est la seule espèce à détruire son environnement vital et naturel -celui dont il est né comme tous les êtres terrestres-, et il est ainsi la seule espèce à s’autodétruire.

A force d’adapter son environnement à son besoin de confort, de commodité et de profit toujours plus grand et insatiable, légitimé et justifié idéologiquement et médiatiquement par « l’évolution de la civilisation » -plutôt que de s’adapter à son environnement-, l’Homme s’est cru tout puissant, supérieur et indépendant de l’Univers, de la Mère Terre et de toutes les formes de vie.

A croire qu’il en avait même oublié sa mortalité, vu la peur globale que génère le Covid-19.

*

Simplifions le regard sur cette Transition

D’un point de vue énergétique tout est plus simple, comme une vision de l’Aigle qui englobe tout en pouvant distinguer chaque détail de ce tout.

Ce « Corona virus » a, pour nombre de thérapeutes bioénergéticiens, sa « signature » énergétique singulière, en s’attaquant directement et en premier lieu aux Chakra supérieurs de l’être humain qu’il affaiblit jusqu’à les bloquer :

  • le 7ème ou Chakra coronal / sommet du crâne (Sahasrāra), assurant notre connexion à l’âme/l’Esprit/l’Univers/le Tout/Dieu ;

  • les 6èmes avant et arrière ou du « 3ème œil » (Ājñā), relatifs à notre claire compréhension (« mental supérieur ») et à l’application des concepts de l’Esprit ;

  • les 5èmes avant et surtout arrière (Vishuddha), reliés à l’expression de notre être et la communication, ainsi que la projection de cette expression -pour l’arrière de la tête- ;

  • et aussi le Thymus, notre centre endocrinien gérant les défenses immunitaires situé entre le 5ème (Gorge) et le 4ème Chakra du Cœur (Anāhata).

Ainsi, lorsqu’il installe son parasitage de l’Être, ce virus restreint en conséquence l’énergie des membres inférieurs et des Chakra de la Base (ou Coccygien, assurant le fait d’être prémuni contre la peur et de se sentir en sécurité) et du Sacrum, qui permettent notre ancrage par la libre circulation de l’énergie tellurique en nous.

Comme un arbre qui développe autant ses branches au dessus du sol que ses racines sous la surface dans un parfait équilibre, nous devons nous enraciner fermement pour pouvoir nous connecter à l’énergie cosmique. Notre équilibre général est assuré par cet échange d’énergies cosmo-telluriques dont nous sommes les canaux, comme tout être vivant sur la Mère Terre. C’est le principe même de la Vie.

*

La manipulation des maillages énergétiques de la planète

Rudolph Steiner qui avait étudié et compris l’impact des installations électriques disait : « A l’époque où il n’y avait pas de courant électrique, il était plus facile d’être humain. Pour cette raison, pour pouvoir être entièrement humain aujourd’hui (en 1917), il est nécessaire de développer des capacités spirituelles beaucoup plus fortes que celles nécessaires un siècle avant. »

L’électrification démesurée de la planète et le développement de technologies secret-défense et dites « du futur » utilisant les fréquences radio et les ondes vibratoires (Harp, 5G, Intelligence Artificielle, …) a été planifié depuis le début du 20ème siècle dans des buts peu avouables qui seront de toute manière révélés à ceux que cela intéresse et qui doivent savoir.

L’objectif global est l’asservissement toujours plus puissant de l’Humain. Les faits parlent d’eux-même.

*

L’ouverture vers un monde d’hommes libres et non plus esclaves d’un système de domination et d’exploitation

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui en 2020, l’humanité n’est pas vraiment amenée à penser pour chercher résolution par la rumination mentale, mais à trouver le juste équilibre Ici et Maintenant (la Voie du Milieu enseignée par Bouddha) pour pouvoir s’adapter à l’évolution de l’univers et de la Terre Mère (élévation du taux vibratoire / résonance de Schumann), phénomène que les manipulations de fréquences cherchent à freiner, mais qu’elles ne pourront en aucun cas stopper.

L’Homme du 21ème siècle doit alors devenir un être « complet » assumant et développant sa dimension spirituelle qui n’a jamais été séparée de la matière (le corps physique), pour s’accorder aux forces de vie invisibles de l’Univers, en se réalisant par et dans la « totalité de lui-même ».

L’autonomie de chacun dans ce champ d’évolution pourra être acquise par l’accompagnement et le partage collectif de ceux qui ont déjà anticipé et se sont préparés à cette transition transmutatoire.

Cela implique le détachement de toutes les technologies immatures « d’apprenti sorcier » générant toutes sortes de pollution et de toxicité, et aussi du mode de vie qui en découle ; celui que nous connaissons tous et que beaucoup encore craignent de quitter (le syndrome de la victime attachée à son bourreau, car son connu fait de souffrance lui est « moins effrayant » que sa liberté dans l’inconnu).

Cela implique donc l’émancipation de ce monde artificiel, virtuel, polluant et nocif construit de mains d’hommes, afin de pouvoir se regrouper et se recentrer en conscience sur l’essence même de la Vie, en soi et en la famille humaine et, par extension, agir dans le respect de toute les créatures et des forces naturelles de la Vie, en harmonie avec l’énergie universelle de La Source.

*

L’équilibre est la logique absolue de l’Univers, et rien ni personne ne peut s’y opposer indéfiniment

Chaque molécule renferme l’Intelligence de l’Univers (cf. Nassim Haramein).

Par ce fait, la Nature sous toutes ses formes a toujours su se rééquilibrer d’elle-même.

Elle n’a aucunement besoin de l’intervention humaine pour cela : regardez le fonctionnement et la productivité de la permaculture, ou comment la Nature s’est régénérée seule après la catastrophe de Tchernobyl, ou encore comment elle retrouve ses droits et son équilibre en si peu de temps, suite et grâce à l’arrêt de l’activité productive, industrieuse et consumériste de l’humain.

Les exemples sont si nombreux et évidents, pour ceux qui observent la Nature plutôt que de se nourrir de la peur que les médias « mainstream » ont toujours utilisée comme un puissant levier de contrôle.

Que l’Homme « civilisé » et conquérant s’autoproclame « chef d’orchestre » accompli du monde et qu’il pense être capable, compétent et en mesure de prendre cette place de « directeur de l’Harmonie » n’est qu’un leurre de l’ego tyrannique et mental. L’exemple de la permaculture est très parlant : moins on « travaille » le sol et plus il produit abondamment.

Ce que l’Univers nous invite, non à faire mais à être désormais, par ce microscopique virus qui paralyse les « puissants et les puissances » comme chaque être humain individuellement, c’est d’accepter l’isolement et l’immobilisation temporaires pour accéder à un nouveau niveau de conscience.

Pourquoi ? Parce que cette situation contraint chacun à se retrouver seul, en couple ou en famille (de sang ou de cœur), face à soi-même, face à ses valeurs et vérités profondes ; comme un méditant plonge dans les profondeurs de son être par l’immobilité et le silence, pour y trouver l’union du corps et de l’esprit, la voie de la justice et de la justesse de la pensée et de l’acte, la voie de la Paix de l’être.

Le « faire » habituel de l’activité humaine est désorganisé, chaotique, ralenti et bloqué, nous imposant d’adopter un faire différent pour les besoins de premières nécessités et d’urgence, et d’expérimenter par l’obligation le non-faire et le faire limité à l’essentiel.

Cette expérimentation nous prépare à conceptualiser, créer, construire et adopter de nouveaux modes du faire passant par un nouveau mode de « l’être », dans tous les domaines de l’activité humaine.

C’est par l’Acceptation résiliente, le Pardon à Soi et à l’Autre, que la conscience peut s’élever au-dessus des luttes de pouvoir de l’ego individuel et collectif, condition absolue pour être alignés avec ce nouveau monde et ses exigences.

Cela sert la déprogrammation et la réorganisation des comportements, notamment pour que ceux qui avaient oublié ou négligé par leur propre choix -conscients ou inconscients- cette dimension du non-faire et du non-agir propre aux voies de la Méditation, se souviennent et se réhabilitent en conformité avec les règles du nouveau monde émergeant, un monde d’êtres humains animés par l’Amour et non plus par la Peur.

La promiscuité, les contraintes situationnelles et circonstancielles, nous exhortent à nous « libérer du connu » (Cf. Krishnamurti), de tout le superflu, et de tous ces comportements conditionnés qui ne servent déjà plus et qui ne serviront pas plus à l’avenir notre évolution individuelle et collective dont il est ici et maintenant question, à chaque instant.

C’est la marque d’un arrêt forcé par la Nature retrouvant peu à peu son équilibre originel et qui nous invite à suivre son chemin d’élévation, comme une mère guide ses enfants vers les états d’être et les comportements qui pourront les servir bénéfiquement tout au long de leur vie.

Et même si les hommes sont les auteurs d’une manière ou d’une autre d’un tel stratagème pandémique pour utiliser à leur avantage et pour leurs buts cette psychose qu’ils entretiennent, ils sont déjà dépassés et ont perdu le contrôle de celui-ci, même s’ils n’en sont pas -encore- conscients.

Car l’Univers est bien meilleur stratège, avec toujours des longueurs d’avance. Ne pas être conscient de cela est le fruit de l’ignorance, de l’aveuglement de la conscience.

La Science de La Source/l’Univers/Dieu est incommensurablement supérieure à tout ce que l’Homme ne pourra jamais créer et produire. L’Univers, dont toute Vie est issue, aura toujours le dernier mot, par l’application de ses Lois impartiales dont l’équilibre vital à l’évolution est la fibre centrale et commune.

*

Saisir l’opportunité présente de la libération, ou attendre dans une servitude accrue une nouvelle chance incertaine

C’est le temps parfait pour accomplir en soi et ensemble cette transformation, cette transmutation par l’Amour et la Lumière.

Car c’est d’Amour et de Lumière qu’est déjà nourri ce nouveau monde qui s’élève, et c’est par l’Amour et la Lumière qu’il grandira jusqu’à s’émanciper totalement de l’ancien monde qui s’effondre (la collapsologie annoncée de tous temps).

Nous y sommes, et c’est ici et maintenant que nous devons non comprendre (la compréhension viendra d’elle-même ensuite et en son temps), mais intégrer et appliquer en nous-même et autour de nous, dans le partage, ce sens de l’unité et de l’unicité.

L’unité et l’unicité ne sont en définitive qu’une seule et même ré-unification. Toutes les saines et nobles valeurs humaines découlent de ce sens de l’Unité.

La division n’est qu’une hypothèse et une projection illusoire du mental limité et conditionné, car comme on le sait depuis bien longtemps, « le cœur a ses raisons que la tête ne peut saisir ». Le Cœur est uni à l’âme, à la conscience, à l’Esprit ; et les résultats de ses actions nous amènent à la compréhension véritable.

L’énergie du mental qui ne sert pas la voix du Cœur ne génère que résistances et souffrances, jusqu’à ce qu’on en atteigne les limites du supportable.

Nous ne pouvons continuer à être ainsi déconnectés des forces de l’évolution naturelle et de la Vie.

Alors, lorsqu’on réalise qu’en nageant à contre courant nous nous épuiserons bien avant que le flot de l’évolution dictée par l’Univers ne se tarisse, nous réalisons que, dans l’incompréhension de l’inconnu qui s’avance sur notre monde et qui stimule la peur archétypale de la mort, nous ne pouvons être que dans le lâcher-prise et laisser ainsi l’Amour et la Lumière reprendre leur place initiale et originelle en nous.

Par cette acceptation nous pouvons nous conformer pleinement à la résilience, à l’observation et à l’écoute authentiques (au delà des filtres de l’ego), et nous laisser guider par l’énergie lumineuse du Cœur.

*

Les voies d’accès à la maturité de l’Être

Le Reikihô, comme de nombreuses autres voies de développement personnel et de pratiques « psycho-corporelles » ou holistiques, nous permet de libérer et de cultiver nos capacités humaines, énergétiques et spirituelles ; c’est aussi une voie de l’étude de l’ego.

Bouddha a enseigné que « étudier l’ego, c’est commencer à se libérer de l’ego ».

Il est à noter qu’ici le mot « étude » n’implique pas seulement l’intellect, mais plutôt la compréhension intellectuelle résultant de la « mise en pratique ».

En effet, cette compréhension découle naturellement de l’expérience vécue, non de la spéculation théorique, ou de l’analyse ou encore de l’argumentation philosophique.

Être confinés, isolés, séparés les uns des autres et limités dans le mouvement et dans l’action nous place face à nous-même, comme devant un miroir reflétant au-delà de l’apparence et de la « vision de surface ».

Dans cette contrainte de la confrontation à soi-même et à l’Autre, les valeurs, les comportements et les mémoires obsolètes se libèrent ; car par la prise de conscience émanant de l’expérience, on ne peut plus ni les fuir ni les ignorer.

Accompagner cette confrontation par des pratiques bioénergétiques et de Pleine Conscience évite que nous restions figés ou pétrifiés dans cette observation du reflet superficiel et animés seulement d’une pensée stérile.

Cette démarche nous donne les moyens de transmuter toute ombre et toute négativité en réalisation lumineuse et positivement créative, dans toutes les dimensions de l’Être simultanément.

C’est une voie vers la santé physique, le bien-être émotionnel et mental, et l’élévation spirituelle, tant au niveau individuel que collectif.

*

Il y a eu un monde « d’avant la pandémie de 2020 » et il y aura un monde « d’après »

Ce que sera cet « après », c’est à chacun de le décider par son libre arbitre et ses choix de comportement en conscience.

Souhaitons-nous encore être les esclaves d’une « matrice dictatoriale » plus ou moins dissimulée et servant les intérêts de quelques nantis parmi les humains au détriment des créatures et de l’environnement ; ou bien souhaitons-nous être les artistes et artisans d’un âge d’or, de cristal ou de diamant -suivant les traditions-, qui profite à l’ensemble des règnes du vivant (humain, animal, végétal et minéral) de manière juste, c’est-à-dire équitable, harmonieuse et pérenne ?

C’est, Ici et Maintenant, le temps du « vote des consciences », et pour cela aucun scrutin législatif n’est utile ou requis dans un premier temps ; car l’énergie de notre conscience individuelle et collective suffit pour initier et engager les transformations nécessaires.

L’Homme n’a pas pour vocation d’élucider le Mystère de la Création, mais simplement de s’y accorder en pleine affinité, en totale harmonie, pour le bien de toutes les créatures. C’est dans cet état d’affinité syntonique que le Grand Mystère nous livre ses secrets et nous enseigne ; lorsque, au lieu d’être « pleins » (de pensées et des projections du désir d’avoir plutôt que d’être) nous sommes « vides », et ainsi disposés et prêts à recevoir.

Un Koan Zen dit : « un bol plein ne peut rien recevoir de plus, sinon il déborde ».

*

Que l’Amour et la Lumière qui ne sont qu’Un nous accompagnent, nous soutiennent, nous raffermissent et guident nos décisions, nos pas, nos gestes, nos mots, nos aspirations et inspirations créatives et humanistes.

Que la paix soit avec nous, en nous et tout autour de nous ; nous sommes Un.

 

***


© Franck Cohendet, Avril 2020

Conseil, formateur, coach, thérapeute

St-Germain-des-Prés, 75006 Paris

Laisser un commentaire